Colloque Marx à Strasbourg

L’université de Strasbourg organise, le mardi 23 octobre, un colloque interdisciplinaire intitulé « Faire usage de Marx aujourd’hui« . 

On en trouvera l’affiche et le programme ici

Programme

Accueil des participant-e-s. Présentation de la journée.

Marx à la croisée des sciences sociales // 9h30/12h

Nicolas Johansson-Rosen : « Marx en Bolivie: de la thèse de Pulacayo à Alvaro Garcia Linera »
Jean Quetier : « Les interventions de Marx dans les organisations ouvrières »
Camilla Brenni : « Le double rapport de Marx à l’empirisme, critique et techniques des sciences sociales »

Timothée Haug : « Le marxisme écologique : une reprise pluridisciplinaire des premières découvertes de Marx »

L’héritage critique de Marx dans les sciences juridiques // 13h30/15h30 

Védran Lopandic : « Marx et les droits de l’homme »
Mariia Domina Repiquet : « Protections des investisseurs en tant que capitalistes en Europe »
Marie Cretin Sombardier : « La forme de la transition révolutionnaire chez Marx »
Matthieu Vicente : « Le matérialisme historique dans la doctrine travailliste française du XXe siècle »

Marx au prisme de l’art // 16h/17h

Islam Belgaid : « Karl Marx et Yves Bonnefoy. Le héraut de la vie : le retour à l‘humain »
Sylvie Boistelle : « De Karl Marx à Busby Berkeley : le corps dansant ‘laborieux’ de la comédie musicale américaine »

Table ronde avec Alexandre Dupont, Alain Bihr et Franck Fischbach // 17h-18h30

Buffet convivial // 19h

Colloque « Socialisme/ Communisme »

Les philosophes Alexis Cukier et Isabelle Garo organisent, les 9 et 10 novembre 2018, à la MSH Paris-Nord, un colloque « Socialisme/ communisme : penser & construire les alternatives« . 

L’objectif de ce colloque est de questionner l’articulation entre socialisme et communisme, en adoptant une approche différente de celle des travaux récents au sujet de « l’idée communiste », et en concentrant la discussion sur les problèmes de médiation et de transition, qui ont été délaissées ces dernières années. Sans négliger la dimension théorique – passée et présente, mais aussi française et internationale – des questions liées à la définition du socialisme et du communisme, il s’agira de réfléchir à leur actualité stratégique, au sens large, concernant la construction des alternatives au capitalisme, au monde néolibéral et à leurs impasses.

Ce colloque sera organisé en quatre sessions, au sujet des fondements théoriques, des questions économiques et sociales, de l’histoire, et des enjeux contemporains du socialisme et du communisme.

[cliquer sur l’image pour afficher le programme du colloque]

PROGRAMME

Lire la suite

Le Manifeste selon Zizek

Le philosophe slovène Slavoj Zizek publie chez Fayard un opuscule sur L’Actualité du Manifeste du Parti communiste

=> https://www.fayard.fr/sciences-humaines/lactualite-du-manifeste-du-parti-communiste-9782213711539

On trouvera ici les premières pages du livre : https://liseuse-hachette.fr/file/92732?fullscreen=1&editeur=Fayard#epubcfi(/6/2[html-cover-page]!/4/1:0)

Présentation de l’éditeur : 

Faut-il ranger le Manifeste du parti communiste parmi les documents qui jettent un regard éclairant sur le passé, et rien de plus  ? Dans un paradoxe proprement dialectique, même les impasses et les échecs du communisme du xxe siècle, clairement fondés sur les limites du Manifeste, témoignent de l’actualité de ce texte  : la solution marxiste classique a échoué, mais le problème demeure. Le communisme, aujourd’hui, n’est pas le nom d’une solution mais celui d’un problème, celui des communs dans toutes leurs dimensions  : les communs de la nature, menacés par la pollution et l’exploitation  ; les communs biogénétiques – le transhumanisme devient une perspective réaliste  ; nos communs culturels, au premier rang desquels le langage, nos outils de communication et d’éducation, mais aussi les infrastructures ; et, last but not least, les communs comme espace universel de l’humanité, un espace dont personne ne devrait être exclu.

Débat autour du livre « Le Dernier Marx »

Samedi 13 octobre, à 16h30, au Lieu-Dit (6 rue Sorbier, Paris XXe), Isabelle Garo, Michael Löwy et Tiziana Villani débattront autour du livre Le dernier Marx. Communisme en devenir, qui paraît aux éditions Eterotopia et réunit des textes de Marx, M. Löwy, P.P. Poggio et M. Rubel.

Annonce de la rencontre => https://lelieudit.com/Debat-avec-MICHAEL-LOWY-ISABELLE-GARO-et-TIZIANA-VILLANI-autour-de-l-ouvrage-LE

Site de l’éditeur => http://www.eterotopiafrance.com/catalogue/le-dernier-marx-communisme-en-devenir/

Présentation de l’éditeur, table des matières et extraits de l’ouvrage

Dans les années 1881-1882, Marx développe un intérêt particulier pour les sociétés pré-capitalistes (parmi lesquelles notamment les communautés rurales russes) ainsi que pour des pays comme l’Égypte, l’Algérie ou l’Inde, où s’engagent alors des luttes contre la domination capitaliste.
On fait souvent de Marx le principal connaisseur, et théoricien, du prolétariat d’usine. Cette assertion, sans doute légitime, mérite pourtant d’être précisée, car l’étude des communautés paysannes constitue également une partie très importante de son œuvre, et elle la traverse en quelque sorte dans son intégralité – jusqu’aux célèbres propos, décisifs et bouleversants, qu’il tiendra sur la Russie.
De telles réflexions sont développées dans une lettre à Véra Zassoulitch, figure éminente du populisme révolutionnaire, et surtout dans les nombreuses versions préparatoires de celle-ci. Maximilien Rubel verra dans ces manuscrits le véritable « testament politique » de Marx. On y trouve un refus de l’idée, partagée par la majorité des marxistes russes et calquée sur un modèle occidental, selon laquelle il s’agit d’en passer par un développement du capitalisme en Russie. En rejetant la conception évolutionniste et linéaire du « progrès », Marx s’intéresse à une forme sociale « archaïque » – mot par lequel, à son avis, « il ne faut pas trop se laisser effrayer ». Le socialisme de l’avenir en représenterait une manifestation supérieure, qui y mêle certains acquis de la modernité.
Marx reprend des analyses présentes dans les Grundrisse, et notamment dans les cahiers publiés sous le titre de Formen, die der kapitalistischen Produktion vorhergehen, axés sur les différentes formes communautaires qui précèdent le surgissement du mode de production capitaliste. Un ensemble composite de « communautés naturelles » où la forme sociale dominante, la commune, « n’apparaît pas comme résultat mais comme présupposé de l’appropriation (temporaire) et de l’utilisation collective du sol ».

Lire la suite

Archives vidéo du colloque Marx de Lausanne

Le Groupe vaudois de philosophie a mis en ligne les vidéos du colloque « Penser avec et après Karl Marx« , organisé en mai dernier à Lausanne. 

On pourra ainsi retrouver les interventions de : 

Archives audio du colloque Marx de Montréal

Les enregistrements audio du colloque Marx critique du capital et de la société, qui s’est tenu en mai dernier à Montréal, sont désormais disponibles en ligne. On les trouvera sur le site du Collectif Société : https://collectifsociete.com/2018/05/24/audio-du-colloque-marx/

Les interventions du colloque 

  • Grande conférence d’ouverture: Marx et le noyau dialectique de la critique par Olivier Clain
  • De la production au travail: changement de paradigme chez Marx par Franck Fischbach
  • Esquisse d’une critique de la lecture de Hegel par le jeune Marx par Jean-François Filion
  • Marx, Proudhon et la misère de la philosophie par Eric Martin
  • Marx, l’industrie et son désoeuvrement par Émilie Bernier
  • Marx, penseur de la technique? Réflexion à partir des Grundrisse et du Capital,Maxime Ouellet
  • L’éternelle saison des amours: les actifs intangibles et la subsomption virtuelle de la pratique sociale au capital, par Eric N. Duhaime
  • Moloch inc., la vérité du capital financier et son procès spécifique de subsomption de l’accumulation: Eric Pineault
  • Sous la lumière de la notion de classe chez Marx: la nouvelle polarisation des débats féministes québécois, par Samie Pagé-Quirion
  • Art/ marchandise. Lecture du Chapitre 1 du Capital en pensant à l’art d’aujourd’hui; ou serait-ce le contraire?, Pascale Bédard
  • Phénoménologie de l’Esprit pétrifié, la théorie de l’organisation capitaliste chez Marx, François L’Italien

Relire Suzanne de Brunhoff

Les Presses universitaires de Rennes publient Penser la monnaie et la finance avec Marx, un ouvrage collectif consacré à la grande économiste marxiste Suzanne de Brunhoff. Co-dirigé par Riccardo Bellofiore, Daniel Cohen, Cédric Durand et André Orléan, il réunit une douzaine de contributions. 

=> http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4684

Présentation et sommaire

Suzanne de Brunhoff (1929-2015) était une économiste marxiste spécialiste des questions monétaires et financières. Les textes rassemblés dans ce volume témoignent de la fécondité de son œuvre et de son originalité. Ils feront découvrir au lecteur une trajectoire dont la remarquable cohérence intellectuelle et éthique tient à n’avoir jamais dissocié l’engagement théorique de l’intervention politique. Concentrés sur des domaines largement délaissés par les pensées critiques, les arguments théoriques qu’elle a fournis restent indispensables pour penser le capitalisme contemporain et comprendre ses turbulences.

Sommaire => http://www.pur-editions.fr/couvertures/1535974061_doc.pdf

Actuel Marx n°64

La revue Actuel Marx publie son numéro 64. Dirigé par Michael Löwy et Etienne Balibar, il propose un dossier « Religion » et une série d’articles variés.

Publiée par les PUF (https://www.puf.com/content/Actuel_Marx_2018_n°_64), la revue est disponible sur Cairn (https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2018-2.htm).

Présentation et sommaire 

La tradition marxiste a longtemps nourri la conviction que la critique de la religion était acquise, cédant l’ordre du jour à la critique de l’économie politique comme principe d’intelligibilité des sociétés modernes et de leurs conflits caractéristiques. L’histoire contemporaine se charge de rouvrir, dans des conditions équivoques, le problème du religieux dans les récits « sécularistes » de la modernité capitaliste. Où en est la critique marxiste de la religion ? Quels dialogues peut-elle entretenir avec les critiques de la notion même, faussement univoque, de « religion » ? Quelles réinterprétations le devenir actuel des monothéismes appelle-t-il de l’histoire des rapports entre le marxisme, sa théorie et ses politiques, et les dictions religieuses des conflits sociaux à l’époque de la mondialisation ?

Lire la suite