Marx et le droit

Le revue Droit et philosophie publie un très riche numéro sur « Marx et le droit« , coordonné par Jérôme Couillerot, Élodie Djordjevic, Mélanie Plouviez et Sabina Tortorella. 

Ce dossier est disponible intégralement en ligne, à l’adresse suivante : http://www.droitphilosophie.com/volumes/read/14

Il sera également publié en version papier, aux éditions Dalloz

Sommaire

Lire la suite

Marx, regards croisés

Les Editions de l’Aube publient un bref ouvrage collectif intitulé Marx, regards croisés. Il s’agit de la reprise en volume du hors-série que l’hebdomadaire Le 1 avait consacré, il y a quelques mois, au philosophe. 

On y trouvera des contributions de Sylvain Cypel, Pierre Dardot, Aude Lancelin, Vincent Martigny, Edgar Morin, Raoul Peck. 

=> http://editionsdelaube.fr/catalogue_de_livres/karl-marx-regards-croises/

Marx dans la Revue de métaphysique et de morale

La Revue de métaphysique et de morale consacre son dernier numéro de l’année 2018 à Marx.

=>https://www.puf.com/content/Revue_de_métaphysique_et_de_morale_2018_n°_4

Disponible en version papier, ce dossier « Marx », dirigé par Jean Robelin, est également consultable en ligne sur le portail Cairn.

=>https://www.cairn.info/revue-de-metaphysique-et-de-morale-2018-4.htm

 

Sommaire  du dossier :

Jean Robelin : Marx et l’avenir du capitalisme

Gerard Jorland : Transformation et dilactique chez Marx

Eduard Delruelle : Theorie de l’exploitation ou de la destruction : Marx, Polayi, Fraser

Etienne Balibar : Moments politiques dans le capital de Marx

Sarah Barnaud-Meyer, En quel sens l’économie est-elle politique

Pierre-Yves Quiviger, Marx et le monde du droit

 

Marx et le colonialisme, avec Isabelle Garo & Luca Basso

Le vendredi 7 décembre, l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 recevra les philosophes Isabelle Garo et Luca Basso pour deux interventions sur le thème « Lutte de classe et colonialisme« . 

=> https://ufr1.www.univ-montp3.fr/fr/node/151941

Présentation de la séance 

Pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Karl Marx nous vous invitons à une soirée débat confrontant un thème central du marxisme avec un champ de réflexions progressistes actuelles.

Isabelle GARO, Enseigne en classes préparatoires littéraires, participe à la GEME (Grande Edition des Oeuvres de Marx et d’Engels) et à la revue en ligne Contretemps. Dernières publications : L’or des images – Art, monnaie, capital, La Ville Brûle, 2013; Marx et l’invention historique, Syllepse, Paris, 2012; A paraître : Pour un communisme stratégique, Éditions Amsterdam, février 2019

Colonialisme et capitalisme : l’analyse stratégique de Marx.

Pour Marx, le capitalisme est né de la conquête coloniale, « suant le sang et la boue par tous les pores », comme il l’écrit dans le Livre I du Capital. Cette conquête va rendre possible « l’accumulation primitive », condition de naissance du capitalisme et moyen de son expansion. Pourtant, cette « accumulation primitive » n’est pas seulement la préhistoire du capitalisme, elle l’accompagne tout au long de sa trajectoire. Elle a pour enjeu le pillage des ressources et l’exploitation des hommes, mais aussi la destruction de toutes les formes de propriétés non capitalistes ainsi que le remodelage des hiérarchies de race et de classe, afin de perpétuer sa domination. Il s’agit de montrer que ces questions furent abordées en son temps par Marx sur un mode non pas descriptif mais militant et stratégique, et qu’elles sont plus que jamais au coeur des questionnements politiques contemporains.

Luca BASSO, professeur de Philosophie politique à l’université de Padoue. “Socialità e isolamento: la singolarità in Marx”, Carocci, 2008 (trad. angl., Brill 2012); “Agire in comune. Antropologia e politica nell’ultimo Marx”, Ombre Corte, 2012 (trad. angl., Brill, 2015); “Inventare il nuovo. Storia e politica in Jean-Paul Sartre”, Ombre Corte, 2016.

Marx, l’Inde et la Chine: « une nouvelle ère pour l’ensemble de l’Asie orientale »?

Il s’agira de l’analyse marxienne de l’Asie, notamment les différentes situations de l’Inde et de la Chine, ainsi que le rôle joué par le colonialisme européen à cet égard. Àu niveau « objectif », la complexification du scénario politique opéré par Marx depuis les années 50 et l’importance croissante prise par les pays non européens seront mis en évidence. Au niveau « subjectif », la référence à l’Asie sera présentée comme cruciale pour la réactivation de l’enjeu de la révolution, avec son échange continu entre la dimension sociale et la dimension politique.

Répondante : Aurélie KNÜFER, CRISES EA 4424

Organisateur : Luc VINCENTI, CRISES EA 4424, luc.vincenti@univ-montp3.fr

B. Tinel présente Le Capital

Marx prend place dans la Bibliothèque idéale de l’économie de Tiphaine de Rocquigny, sur France Culture. En quelques minutes, l’économiste Bruno Tinel (Paris-I) présente Le Capital

=> https://www.franceculture.fr/emissions/la-bibliotheque-ideale-de-leco/la-bibliotheque-ideale-de-leco-du-vendredi-23-novembre-2018

Rappelons que Bruno Tinel avait traduit, il y a quelques années, l’ouvrage CA-PI-TAL ! Introduction à l’économie politique de Marx, de Ben Fine et Alfredo Saad-Filho (Raisons d’agir, 2012). 

Expo Marx à St-Pétersbourg


A l’occasion du bicentenaire, le musée russe de Saint-Pétersbourg a rassemblé une importante collections de tableaux, de médailles et autres objets à l’effigie de Karl Marx.

On y découvre des œuvres d’art, qui reflètent les évolutions de l’esthétique soviétique de 1917 à 1991, mais aussi et surtout un certain nombre d’objets du quotidien qui faisaient de Marx une figure familière au peuple soviétique. L’exposition, intitulée « Karl Marx à tout jamais« , présente également des œuvres plus contemporaines, dans lesquels de jeunes artistes russes, pour qui Marx appartient à un passé légèrement mythifié, mettent en scène avec une distance ironique ce Marx patriarche canonisé par l’URSS.

On retrouve dans cette exposition, comme toujours lorsqu’il est question en Russie du passé soviétique, un mélange de nostalgie diffuse et d’ironie agressive. Mais elle constitue en tout cas une manifestation particulièrement frappante de la manière dont Marx, ou du moins son image, peuplait l’imaginaire soviétique. [GF]

Marx sur J. Mill

Dans le cadre du séminaire « Emancipation, aliénation, reconnaissance »de l’Université de Nantes, une équipe de chercheurs, réunie autour d’Alain Patrick Olivier, Maïwenn Roudaut et Herbert Holl, explore et traduit les pages consacrées par Marx à James Mill

Une première séance de travail a eu lieu en février dernier (bref compte rendu ici). Une nouvelle séance est programmée pour le 16 novembre

Un premier extrait de la traduction doit paraître prochainement dans la revue La Mer gelée

Réédition des Grundrisse

Les Editions sociales republient, dans leur collection « Les Essentielles », la traduction des Grundrisse (manuscrits de 1857-58) par Jean-Pierre Lefebvre.

=> https://editionssociales.fr/index.php/2018/10/05/marx-karl-manuscrits-de-1857-1858-dits-grundrisse/

Présentation de l’éditeur

Les manuscrits de 1857-1858, appelés couramment Grundrisse, sont un moment essentiel dans le long travail de préparation du Capital de Karl Marx. Dès les années soixante du siècle dernier, le débat s’anima entre les tenants de Grundrisse encore englués dans les catégories hégéliennes et ceux pour qui ces manuscrits marquaient la première analyse du mouvement du mode de production capitaliste dans les termes de la propre dialectique de Marx.Ces textes n’ont cessé d’inciter recherches et disputes, jusqu’à constituer pour certains le sommet du marxisme, le moment de l’union de la théorie et de la pratique…

L’introduction de Jean-Pierre Lefebvre, dont la traduction ici reproduite fut publiée en 1980 par les Éditions sociales, nous prévient du « caractère inclassable, du statut mixte, pluriel ou, comme dirait Marx, multilatéral » des manuscrits écrits en 1857 et 1858. Le foisonnement de la pensée explique, sans nul doute, l’intérêt que continue de recevoir cette ouvrage.

Marx devant la Révolution française

Les éditions Inclinaison publient une nouvelle édition de l’étude classique que, sous le titre Le Renard et les raisins, le germaniste Lucien Calvié a consacré au(x) regard(s) des intellectuels allemands du XIXe – au premier rang desquels Marx – sur la Révolution française.

Cette nouvelle édition, revue et augmentée, enrichit la galerie des auteurs étudiés : aux chapitres sur Kant, Schiller, le « jacobinisme », Novalis, Hegel, Heine, Börne, la Jeune Allemagne et la Gauche hégélienne, s’ajoutent désormais des pages sur le « jacobin » Rebmann, Fichte, Schlegel et Hölderlin.

=> http://inclinaison.fr/livre.php?indexlivre=89