Toni Negri : Travail vivant contre Capital

Les Editions sociales publient en plaquette la conférence prononcée par Toni Negri au séminaire Lectures de Marx de l’ENS, en février dernier, sur le thème « Travail vivant contre Capital« .

Cette conférence est accompagnée d’un entretien dans lequel T. Negri revient sur son parcours intellectuel et politique.

=> https://editionssociales.fr/index.php/2018/08/28/negri-toni-travail-vivant-contre-capital/

Rappelons que les Editions sociales ont déjà publié une conférence d’Alain Badiou (Qu’est-ce que j’entends par marxisme ?), présentée dans le cadre du même séminaire. Elles publieront également, dans les prochains mois, la conférence prononcée par Judith Butler.

4e de couverture 

« Je vous propose de lire la composition du capital du point de vue des luttes des travailleurs, des résistances de la multitude face au commandement du capital – et éventuellement du point de vue des soulèvements du prolétariat. Je veux parler d’histoire du prolétariat, du rapport antagoniste entre le capital et le travail vivant, et par conséquent de la transformation de la composition technique et de la composition politique de la force de travail, des mutations des procès de travail et de valorisation, et puis enfin de celles des formes de vie et des institutions. »

En février 2018, Antonio Negri, auteur d’Empire (avec Michael Hardt, 2000), invité à l’École normale supérieure par le séminaire étudiant Lectures de Marx, présente son analyse du développement capitaliste, où l’économie est indissociablement politique. Le texte de la conférence est précédé d’un entretien dans lequel il revient sur le sens qu’il a attribué à la lecture de Marx aux différentes étapes de son parcours, de l’opéraïsme jusqu’à la multitude en passant par l’exil et la prison.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.